Ecriture Littérature Mes nouvelles Serie: Les confidences de Fanny

Une surprise de taille

À travers ce texte, je vous ai présenté Betsy, la meilleure copine de Fanny, de ma série d’aventures « Les confidences de Fanny » basées sur les réalités de la vie en Haïti.

La présentation de Betsy est, en fait, le seul objectif réel de cette petite nouvelle très (trop) légère.

La première novella de la série des Confidences de Fanny est sortie en été 2018 sous le titre « Les lignes du destin ». La deuxième suivra bientôt.

Bon à savoir : les tomes pourront être lus indépendamment les uns des autres.  

Ils traiteront souvent de thèmes sérieux, comme un appel au secours et pour rendre hommage à ceux à qui justice n’a jamais été faite.

Cependant, je vous promets de faire l’effort de garder un ton aussi léger que les sujets le permettent.

Par contre, ici, il s’agit purement et simplement d’une petite nouvelle qui, je l’espère, saura vous arracher quelques sourires.. On en a jamais de trop! 🙂

Une surprise de taille – 20 pages

Extrait

La première fois que vous posez les yeux sur Betsy, vous vous retrouvez instantanément face à des choix plutôt primitifs de réactions.

Si vous êtes une femme, vos chances de l’apprécier chutent vertigineusement aussitôt que vos regards se rencontrent. Et si le vôtre ne parvient pas à dissimuler votre jugement sans appel sur sa personne, ses mots vous libéreront une fois pour toutes de l’obligation sociale de lui sourire.

Non qu’elle soit un être désagréable en soi… Néanmoins, elle est dotée de l’irrémédiable don de catapulter les gens hors de leur zone de confort. Sa posture, cet air de guerrière médiévale… Son corps, cette arme affûtée à la précision… Ses yeux, ces pupilles perçantes défiant vos préjugés… Tout ce qu’elle dégage vous agresse !

Si vous êtes un mâle, que vous aspiriez ou non à donner l’illusion d’un gentleman, votre esprit le devient résolument moins quand votre imagination s’égare dans les méandres de son décolleté. Soit dit en passant, il m’est également arrivé de voir de jolis yeux fardés se perdre à leur tour dans ce fascinant abîme.

Bref ! Autant sa poitrine vous paraît exagérément dynamique pour son âge présumé, autant vous brûlez d’envie de vous en approcher… pour vous assurer de son authenticité ! C’est, en tout cas, ce dont vous tentez de vous convaincre !    

Une fois revenu de votre inavouable émoi, vous notez son défi… Celui que vous lancent son menton hardi, son attitude à la fois séductrice et méprisante. Et, volontiers, vous acceptez le challenge de faire disparaître de son visage cet air de triomphe sur la vie, sur les hommes, sur les émotions. Même si, pour ce faire, vous deviez en arriver au sacrifice ultime — ô combien redouté — de votre propre corps !

Il n’existe qu’une poignée d’âmes plus nuancées qui iront chercher au-delà de cette apparence d’amazone des temps modernes pour se poser les bonnes questions… Quel a été son parcours ? Comment en est-elle venue à désirer sciemment projeter une image si peu reluisante et étonnamment impertinente à ses congénères ? Que camoufle-t-elle ? Pourquoi ? L’Homo Resosocius, fleuron de notre époque, a depuis longtemps délaissé toute interrogation non connectée à sa personne. N’est-il pas plus commode d’avoir des étiquettes toutes prêtes pour chacun ? Betsy l’a compris et a choisi celle qui la protégerait le mieux : « la salope ». Personne ne souhaite s’en mettre une à dos… Elles font des ennemies redoutables et de précieuses alliées !

Ainsi, la première fois où elle posa ses « Manolo Blahnik » dans les locaux du magazine « In & out » où je travaillais, en vue de passer son entretien d’embauche, je fus prise d’un accès de ferveur aiguë… J’appelai la Sainte Vierge… J’invoquai les esprits de mes ancêtres… Je priai les dieux de la mythologie créole – si, si, ça existe !… Je tentai tout ce qui était en mon pouvoir — et au-delà — pour empêcher le croisement des rails fragiles de ma pauvre vie avec ceux de cette dévoreuse d’hommes. Je l’imaginais déjà se dandiner, se trémousser devant les autres membres de l’équipe, tous des mâles en rut permanent… Leur décochant des sourires provocateurs faussement détachés. Et ainsi sacrer mon identité pas secrète du tout de super héroïne : La Femme invisible !

Les Cieux restèrent — contre toute attente — cois, imperméables à ma foi aussi soudaine que versatile : Miss « M’as-tu-vue » fut embauchée pour donner un coup de fouet à la section « Mode et Beauté » pendant que je devais continuer à me coltiner des articles hautement stimulants du registre « Toute la vérité sur les épinards : Popeye nous aurait-il menti ? ».  

Alors, dois-je vraiment prononcer les mots… ? Oui, j’exécrai cette femme ! D’emblée ! Avec mes tripes !

Et comme un malheur ne survient jamais qu’accompagné d’une ribambelle d’emmerdements, la même semaine, je m’endormis au volant de ma Toyota Camry en rentrant du travail.

Lire la suite…. (téléchargement gratuit et direct)

Téléchargement gratuit

Cliquez n’importe où sur la photo

Cliquez pour télécharger

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :