Stances galantes

Souffrez qu’Amour cette nuit vous réveille;

Par mes soupirs laissez-vous enflammer:

Vous dormez trop, adorable merveille,

Car c’est dormir que de ne point aimer.

***

Ne craignez rien dans l’amoureux empire,

Le mal n’est pas si grand que l’on le fait;

Et, lorsqu’on aime et que le coeur soupire,

Son propre mal souvent le satisfait.

***

Le mal d’aimer, c’est de le vouloir taire:

Pour l’éviter, parlez en ma faveur.

Amour le veut, n’en faites point mystère:

Mais vous tremblez et ce dieu vous fait peur !

***

Peut-on souffrir une plus douce peine?

Peut-on souffrir une plus douce loi ?

Q’estant des coeurs la douce souveraine,

Dessus le vôstre, Amour agisse en roi.

***

Rendez-vous donc, ô divine Amarante,

Soumettez-vous aux volontés d’Amour;

Aimez pendant que vous êtes charmante,

Car le temps passe et n’a point de retour.



Molière (1622-1673)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.