Quand un coeur se vide

Quand un ventre crie famine, la terre ouvre ses entrailles,

Offre jusqu’à ses dernières gouttes de sang.

Lorsqu’un corps soupire après un peu d’humanité,

Il arrive qu’une amitié compatissante s’apitoie et consente

À lui prêter, en échange d’un peu d’insouciance voluptueuse,

De son souffle de vie pour chasser, le temps d’une parenthèse

Le poison d’amertume qui se gèle dans ses veines.

 

Quand la réalité étouffe l’esprit, les livres lui ouvrent

Des fenêtres sur des mondes infinis peuplés de ses rêves,

Le nourrissent de folie, d’aventures, d’évasion.

Cependant, quand un coeur se dessèche, assoiffé de tendresse,

De douceur, d’harmonie, d’amour et de passion,

Quand il n’a que ses larmes pour se désaltérer,

Il n’y a plus que rejet, distance, silence, froideur!

 

Vers qui se tourner quand une âme blessée se vide de tout,

De ses élans, de sa candeur, de son enthousiasme?

Y a-t-il un dieu pour apaiser la souffrance d’un cœur saccagé?

Je m’agenouillerais à ses pieds, je les laverais de mes larmes,

Je sauterais dans le vide, j’obéirais aveuglément à ses volontés

En échange d’une seconde de répit… Ou du repos éternel.

Quelle douce délivrance de ce monde inapte à aimer!

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.